FAQ

Les réponses à toutes vos questions

A propos de la nature de l’Ordre des Chevaliers de Rondmons

  • Qu’est-ce que c’est ?  C’est un ordre de chevalerie contemporain qui réforme les titres d’anciens régimes (aristocratiques) en méritocratie, dans un idéal de courtoisie (noblesse sociale). Il n’est pas une secte, il n’est pas religieux, il n’est pas politique, il n’est pas liberticide, il n’est pas mystérieux, il n’y a pas d’astuce, il est public et il agit dans le cadre strict de la loi.

A propos de la légalité des titres

A propos du port du titre

A propos de l’acquisition d’un titre

A propos de liberté

  • Mon titre m’engage-t-il en quelque chose ? En rien. Il permet à la fondation d’atteindre ses buts.
  • Que se passe-t-il après l’acquisition de mon titre ? Liberté totale. Il n’y a pas de cotisation, pas d’engagement et pas de mystère. Sur demande vous pouvez demander de participer à un projet ou recevoir des informations. Vous bénéficiez en outre de la jouissance du patrimoine de la Fondation.

A propos d’Histoire

A propos de blasons et d’armoiries personnelles

A propos de l’hérédité des titres

A propos de sous

  • Quelle est la valeur des blasons et des titres ?
  • Comment faire un versement ?
  • Comment est-il possible d’acheter un titre de noblesse ? Voilà une notion fondamentale : la fondation ne vend pas de titres; elle remercie les personnes qui l’aident ou qui lui font une donation, par un titre du 3ème millénaire authentique (certifié par un officier public et dans les formes requises), dont la racine est justifiable. Bienvenue de faire votre démarche spontanée en ce sens qui s’apparente à une forme de sponsoring .
  • Puis-je acquérir mon titre en plusieurs tranches ? Oui sur une année et demi au plus.
  • Y a-t-il des cotisations à verser ? Aucune, jamais.
  • Où va la fortune de la Fondation en cas de dissolution ? Au Comité International de l’Ordre de Malte (CIOMAL) situé à Genève en Suisse.
  • Que faites-vous avec l’argent provenant des titres ? Il sert à financer les projets ainsi qu’un fonds de placement de la Fondation. En outre la Fondation ne verse pas de salaires et il n’y a pas d’enrichissement personnel possible. Les comptes sont contrôlés par un organe de contrôle officiel chaque année.
  • Puis-je acquérir un titre sans argent ? Oui, il faut en faire la demande avec le formulaire de contact. Des échanges, des services ou des objets sont acceptés jusqu’à hauteur de la valeur d’un titre. C’est à la personne de nous faire une proposition.
  • Pourquoi le titre de Duc-Farge est-il si élevé ? Il est en principe réservé à des mécènes qui aideraient la fondation par la mise à disposition d’un château par exemple, ou des actions de ce type.
  • Pourquoi faut-il payer pour devenir Chevalier ? Lire « Chevalerie et noblesse »
  • Je n’ai pas trop de moyens, comment puis-je faire ? Il est possible de faire des versements par acompte sur 18 mois. Des arrangements sont toujours possibles. Nouveau : mettez un pied à l’étrier avec € 10.-

A propos de nomenclature

A propos de la Fondation

  • Quels sont les buts de la Fondation ?
  • La Fondation de l’OCR est-elle une secte ? Aucunement, jamais. L’art 2d) de ses statuts spécifie clairement : « Veiller à ce qu’une transparence totale existe au sein de l’ordre et qu’il ne soit jamais sectaire ». Il n’y a pas de doctrine hormis la courtoisie. C’est une méritocratie.
  • Qui est le fondateur ?
  • Que signifie le « droit d’usufruit » ? Le propriétaire d’un titre de la fondation bénéficie d’un droit d’usage sur le patrimoine immobilier de celle-ci en vertu de l’art. 745 du Code civil suisse. Les règlements internes sont applicables en fonction de chaque objet.
  • Depuis quand existe cette fondation ? 1999
  • Si la Fondation venait à ne plus exister qu’en serait-il des titres ? Dès qu’un titre a été émis il devient la propriété se son titulaire et bénéficie de la protection sur le Droit d’auteur universel auprès d’un notaire. L’Ordre des Chevaliers de Rondmons ne peut pas être dissous. Il bénéficie de sa propre charte. Tant que la Fondation respecte ses buts elle ne peut pas être dissoute.

A propos des Chevaliers

  • Combien y a-t-il de Chevaliers ? Plus de 700 (env. 450 titrés et plus de 250 avec un blason) en 2020, dans beaucoup de pays, dont une majorité en France et en Belgique.
  • Comment puis-je rencontrer d’autres Chevaliers ? Il faut se connecter à Facebook.com dans la rubrique Chevaliers de Rondmons ou Cour des FARGES. Il est possible de communiquer et de se rencontrer même s’il y a très peu de Chevaliers inscrits pour le moment.
  • Est-il possible d’obtenir la liste de tous des Chevaliers ? Les Chevaliers qui souhaitent se faire connaitre peuvent nous envoyer une photo qui sera ajoutée dans la rubrique « Galerie » à l’endroit « Tous chevaliers ». Cependant à l’heure actuelle nous ne transmettons aucune liste sans autorisation des intéressés.
  • Comment faire partie de l’Armorial des Chevaliers de Rondmons ?

A propos des activités et des projets

A propos du reste…

  • Qu’en est-il de l’épée ? L’épée n’est plus d’actualité depuis quelques années, essentiellement à cause de problèmes de douane. En compensation la Fondation n’a pas augmenté la valeur des titres et offre désormais un ruban et une épinglette. Des compromis sont cependant toujours possibles.

A propos des critiques

  • Qu’en est-il de vos détracteurs (presse, web, éditions, etc.) ?  Le plus difficile à expliquer lorsqu’on a des aprioris est de faire comprendre que la noblesse n’appartient à personne. Qu’au cours des siècles, l’idéal chevaleresque s’est transformé. Qu’il est vain de vouloir opposer un modèle à l’autre, si l’on prend soin de considérer qu’il s’agit bien de conceptions différentes de la chevalerie qui peuvent, en certains cas, s’enrichir. Le titres de Rondmons n’ont rien à voir avec la noblesse d’anciens régimes. A chacun sa noblesse. Il est temps de changer d’ère ! « Nil Obstat » .